Pourquoi un chien ?

Le choix de votre futur compagnon ne doit pas être pris à la légère car il va probablement vous accompagner pendant au moins 10 ans. Grand ou petit, corniaud ou chien de race, mâle ou femelle, refuge ou élevage, chiot ou chien adulte... Face à ces questions, nous evous aidons à choisir le chien qui correspond le mieux à votre personnalité et votre style de vie.

Grand, petit, à poils longs, courts ou frisés... Tous les chiens ont un ancêtre commun : le loup gris. Premier animal à avoir été domestiqué, il a vu son évolution largement influencée par l'homme, qui à travers des siècles d'élevage sélectif a produit d'étonnantes variations. Mais tous les chiens possèdent une morphologie et des caractéristiques de base. Au-delà de ce portrait du chien, je reviens sur plusieurs idées reçues concernant nos compagnons à quatre pattes.

Le chien, un compagnon idéal

Si le chien est appelé le meilleur ami de l’homme, ce surnom n’est en rien lié au hasard. Le chien a, en effet, des qualités qui en font un véritable allié de l’humain. Que ce soit avec les enfants ou avec vos proches, le chien sait se montrer fidèle et accompagner l’humain dans son quotidien grâce à un caractère facile à vivre. À l’inverse, il peut se montrer sécurisant et monter la garde, faisant de lui un véritable compagnon dans votre vie quotidienne.
Pourquoi le chien est-il un animal fidèle ?
Le chien est, par nature, un animal social, qui grandit au sein d’une portée et apprend dès son plus jeune âge à entrer en contact avec ses pairs. Très rapidement, il reproduit ce schéma avec l’homme en lui étant fidèle et a besoin de ces contacts répétés afin de développer ses compétences et ses qualités. C’est grâce à des stimulations extérieures que lui apporte l’homme que le chien va se développer, tout comme l’enfant le fait grâce à la stimulation de ses parents et de ses pairs. Bien qu’on ne lui reconnaisse pas de sens moral, le chien semble vivre en totale réciprocité avec ses maîtres, comme s’il leur était redevable.
Quels sont les races de chien les plus fidèles ?
Si le chien est connu pour être fidèle, certaines races le seraient plus que d’autres. Par exemple, si le boston terrier, le bouledogue français, le berger belge ou encore le bearded collie sont réputés pour être très affectueux et dévoués à leur maître, certains chiens sont plus indépendants et moins proches de l’homme.
Le chien de garde, une sécurité pour la famille
Parmi les chiens, notamment de grande taille, certains ont un caractère défensif et protecteur qui en fait de parfaits chiens de garde pour sécuriser votre maison. Parmi les races de chiens de garde, on retient notamment les bergers belges malinois, allemands, blancs, le colley ou encore le dalmatien. Ces chiens ont en effet la particularité d’être vifs, musclés et très attachés à leur maître, si bien qu’ils ne supportent aucune attitude qu’ils considéreraient comme une attaque envers l’homme. Pour devenir un véritable chien de garde, le recours à des cours de dressage s’avère toutefois nécessaire afin d’éviter de développer chez votre animal une agressivité envers tous.
Le caractère du chien, un choix à ne pas prendre à la légère :
Si les chiens sont considérés comme des animaux proches de l’homme, leur caractère peut différer en fonction des races. Il est donc primordial de se renseigner sur les caractères des races avant de choisir le chien qui vous accompagnera durant des années. En effet, certains chiens vont préférer un mode de vie citadin alors que d’autres ne se plairont qu’à la campagne. De même que si certains sont assez indépendants, d’autres ont besoin de se dépenser énormément et vous demanderont plus de temps à leur consacrer pour jouer. À vous de faire le bon choix en fonction de votre mode de vie !

10 idées fausses sur les chiens

Les chiens stérilisés grossissent, les puces attaquent l’été, l’herbe aide les chiens à se purger…Vous pensez être incollable sur les chiens Voici 10 idées reçues qui risquent de vous surprendre. Attention, la vérité n’est pas toujours celle que l’on croit.
On ne doit pas laver son chien
Les chiens ont sur la peau un film lipidique qui les protège de certaines agressions. Trop les laver fragilise cette barrière et est fortement déconseillé. En revanche, faire prendre un bain à un chien de temps en temps l’aide à se débarrasser d’un surplus de poils, de saletés, et surtout de certains parasites très incommodants. Il n'est pas recommandé de les laver plus d'une fois par mois.
Je peux donner du Doliprane à mon chien
Les molécules présentes dans les médicaments que nous consommons pour soulager nos douleurs ne sont pas adaptées au métabolisme du chien. En cas de douleurs, un rendez-vous chez le vétérinaire est toujours préférable à de l’automédication qui pourrait mettre votre chien en danger, surtout lorsqu’elle est surdosée. Le Doliprane est toxique pour le chien, et mortel chez le chat !
La viande rouge lui donne de l’eczéma
L’eczéma est une affection cutanée qui peut toucher le chien et provoquer des plaques, rougeurs et démangeaisons. Ses causes peuvent être multiples et il arrive parfois qu’il soit provoqué par une allergie alimentaire. Ainsi, au même titre que les légumes, les céréales ou le fromage, la viande rouge ne donne pas systématiquement de l’eczéma aux chiens.
La stérilisation rend les chiens obèses
En elle-même, la stérilisation ne fait pas grossir les chiens. Elle peut, dans certains cas, modifier leur comportement et les rendre moins actifs. Ce manque d’activité combiné à une alimentation riche est effectivement souvent à l’origine de surpoids. Pour éviter cela, une alimentation adaptée et beaucoup d’activités seront recommandées.
Les puces ne s’attrapent que l’été
La saison des puces débute en avril et se termine en novembre. Elles apprécient tout particulièrement la chaleur des foyers et n’ont aucune difficulté à survivre toute l’année et à se reproduire dans un espace chauffé. Si elles sont plus nombreuses dehors l’été, elles sont présentes toute l’année dans nos maisons.
Le chien cicatrise ses plaies en les léchant
Contrairement aux idées reçues, la salive des chiens n’a pas de propriétés cicatrisantes. Au contraire, elle contient beaucoup de microbes qui empêchent la plaie de se refermer et peuvent même provoquer une infection.
Le chien se purge en mangeant de l’herbe
Si votre chien mange de l’herbe de temps en temps, c’est le plus souvent pour se faire vomir. L’herbe ne contient pas de propriétés purgatives, mais elle a l’avantage de les faire rendre. En vomissant, il évacue un aliment gênant, difficile à digérer et douloureux pour son estomac. C’est une démarche tout à fait instinctive qui, répétée trop souvent, peut cacher une pathologie plus grave. Attention, le fait de vomir de l'herbe n'équivaut pas à un vermifuge !
Interrompre une saillie en jetant de l’eau est une bonne solution
Durant le processus de reproduction, le mâle et la femelle restent "collés" pendant une quinzaine de minutes. Tentez d’interrompre la saillie en jetant de l’eau ou tenter de dénouer les chiens est très dangereux. Ces méthodes peuvent provoquer une hémorragie, une déchirure et même une fracture.
Le sucre rend les chiens aveugles
Le lien entre le sucre et le risque de cécité chez le chien est un raccourci mal interprété. En effet, une trop grande consommation de sucre chez le chien augmente les risques de diabète. Un chien souffrant d’un diabète non soigné peut effectivement développer des complications, dont une éventuelle cécité due à une cataracte sévère. Donner un aliment sucré à un chien doit donc être exceptionnel.
Les molosses sont des chiens dangereux
Aucun chien n’est dangereux par nature. La dangerosité d’un animal n’est pas une prédisposition génétique. Un petit chien ou un molosse peuvent tous deux devenir méchants si leur éducation va dans ce sens ou si un chien dominant n'est pas cadré. Les molosses sont malheureusement souvent dressés à l’attaque à cause de leur impressionnante mâchoire, mais ont la même capacité que les autres chiens à faire preuve de douceur et d’affection.
L’automédication est-elle courante chez les propriétaires de chiens ?
Avec toutes les informations et témoignages qui circulent sur Internet, il n’est pas rare que les propriétaires de chiens décident de régler les problèmes à leur manière, en utilisant un traitement inadapté, voire dangereux. En cas de problème, seul un spécialiste est habilité à établir un diagnostic et à prescrire un traitement inoffensif.

Bien choisir son chien : cela mérite réflexion !

Quand on achète un chiot, c'est parti pour dix ou quinze ans de vie commune. Une bonne raison pour ne pas céder à l'achat "coup de coeur" d'un joli petit chien exposé en vitrine...
Un chien n'est pas une peluche et comme tout animal social, il doit vivre en présence des siens pour s'épanouir. Autrement dit, si vous pensez devoir vous absenter à longueur de journée pour votre travail ou encore, voyager par monts et par vaux dans les années à venir, renoncez d'emblée à votre projet. Un chien dont on n'a pas le temps de s'occuper correctement, peut développer des troubles du comportement et vous rendre la vie infernale. En outre, il sera lui-même malheureux...
Pour bien choisir son chien, prenez le temps de vous renseigner
Choisir chien Quel mode de vie avez-vous à lui offrir ? Appartement ou maison avec jardin ? Même si vous avez un parc, votre chien aura quand même besoin de sortir tous les jours pour rencontrer du monde et d'autres congénères. Il faut donc aussi pouvoir lui consacrer du temps pour ses promenades. Or de ce côté là, ne comptez pas trop sur vos enfants : ils ont beau promettre de bien s'en occuper, l'expérience montre qu'avant 12 ans, on ne peut pas vraiment compter sur leur régularité ! Autres facteurs à prendre en compte : le caractère du chien. Par exemple, si vous habitez en ville, privilégiez une race réputée peu "bavarde" pour ne pas trop gêner vos voisins.
Pensez aussi au budget : à l'achat, un chien coûte de 100 à 150 euros si vous l'adoptez dans un refuge, mais jusqu'à 1 500 euros, voire davantage, pour un chien de race avec un pedigree. Dans ce cas, méfiez-vous si sur le contrat de vente, il est stipulé qu'il s'agit d'un "chiot de type X" au lieu de "chiot de race X". Cela veut dire que l'origine des parents est plus que douteuse. En outre, les propriétaires de chiens dépensent en moyenne 385 euros par an en produits industriels (alimentation, couchage, jouets) et bien davantage pour un chien de grande taille. Rajoutez à cela le prix d'une puce électronique (de 35 à 80 EUR), les frais de vaccins annuels (entre 40 et 70 EUR), les frais pour le traiter contre les parasites (40 à 70 EUR), ceux d'une stérilisation (de 130 à 450 EUR pour une chienne, de 75 à 200 EUR pour un mâle) et faites vos comptes pour voir si vous pourrez assumer...
Où dénicher le chien qu'il vous faut?
Commencez par demander conseil à un vétérinaire et aux présidents des clubs de race. Visitez plusieurs élevages avant de faire votre choix . Vérifiez que les chiots y vivent dans de bonnes conditions d'hygiène, qu'ils ont l'air sain - le pelage billant, l'oeil vif, le postérieur propre - et qu'ils sont bien socialisés. Pour cela, ils doivent avoir des contacts répétés avec d'autres animaux (chiens de différentes tailles, chats, etc.) et des humains de tous âges et des deux sexes. Un chiot bien socialisé se reconnaît au fait qu'il accourt vers vous en remuant la queue ou en faisant mine de jouer. Vous pouvez aussi vous trouver un agréable chien de compagnie dans un refuge, mais demandez bien quel était le motif d'abandon pour ne pas commettre les mêmes erreurs.
A condition de prendre du temps pour vraiment trouver le chien qui vous correspond, votre animal ne vous apportera que du bonheur !

Comment choisir un chien en bonne santé

Acheter un chien n'est jamais un choix de vie anodin, puisque c'est le début d'une enrichissante aventure affective. Choisir un chien en bonne santé, c'est débuter cette aventure sous les meilleurs auspices en s'assurant qu'elle sera la plus longue possible.
Comme chez l'homme, la bonne santé du chien passe par la prévention
Privilégier les éleveurs officiels
Choisir son chien dans un élevage ou dans un refuge agréé par la commune offre certains avantages. Les refuges se chargent de mettre les chiens en conformité avec les dispositions légales, notamment en matière d'identification (identification par puce électronique ou tatouage), de stérilisation et de vaccination. Les chiens qui y sont élevés, suivis par des vétérinaires, et ils sont immunisés contre les maladies contagieuses communes. La qualité des éleveurs est, quant à elle, très variable, mais la réputation des meilleurs d'entre eux est méritée : leurs chiots bénéficient d'une éducation et d'un suivi sanitaire de premier ordre.

Veiller à la vaccination

Seul le vaccin antirabique est obligatoire en France et encore uniquement dans certaines zones exposées ou dans certaines circonstances. La quasi-éradication de la rage chez les animaux domestiques des pays développés ne doit pas faire oublier que d'autres épidémies peuvent toucher les chiens, en particulier ceux vivant en communauté. La vaccination est très efficace et hautement recommandée, notamment, contre la maladie de Carré.
les 10 points à regarder (yeux, muqueuses, poils, testicules, abdomen, zone anale, dents…)
Il est possible d'avoir un assez bon aperçu de l'état de santé général d'un chien en procédant à un examen clinique rapide. L'aspect extérieur de l'animal, s'il est bien étudié, suffit souvent à déceler une ou plusieurs pathologies sérieuses. Les points à observer particulièrement chez un animal que l'on veut adopter sont :
Les yeux, qui doivent être propres, tandis qu'une paupière inférieure blanche ou jaune peut révéler des maladies sanguines ou hépatiques
Les oreilles, sans dépôt et inodores chez le chien en bonne santé
La truffe : si sa température et son humidité ne sont pas forcément significatives, un écoulement nasal important l'est davantage
La dentition, une haleine fraîche étant de rigueur tout comme des mâchoires sans prognathisme (fait de saillir excessivement vers l'avant)
Les décolorations jaunâtres autour de la zone anale signalent souvent des diarrhées
Les testicules sont détectables à la palpation chez le chien dont les organes génitaux sont opérationnels
Le poil a de l'éclat chez le chien en bonne santé
L'abdomen ne doit pas être douloureux à la palpation, ni gonflé, sauf après les repas
La peau doit être saine et élastique
La vivacité du chien est généralement bon signe, son agilité prouve en outre l'absence de problèmes articulaires
Des observations plus poussées peuvent être réalisées en cas de doute. L'examen des selles et des urines ou la prise de température, constituent d'autres moyens pour s'assurer de la bonne santé d'un chien. L'expertise et l'avis d'un vétérinaire sont évidemment indispensables pour confirmer ou infirmer les diagnostics établis à partir de cet examen sommaire.

Choisir un chien dans une portée

Dès que les chiens ont cinq ou six semaines, vous pouvez aller les voir pour faire votre choix au sein de la portée. Critères de santé et de comportements sont essentiels.Difficile de faire son choix dans une portée : tous les chiots sont adorables. Vous pouvez déjà sélectionner un mâle ou une femelle, puis prendre en compte des critères de santé et de comportement. Pour vous aider, pensez au test de Campbell.
Les critères de santé
Dès que les chiots ont cinq ou six semaines vous pouvez aller faire votre choix en sachant qu'il faudra qu'il ait trois mois pour quitter sa mère. Prenez chaque petit chien dans vos mains et observez-le bien.
Les déplacements
Un chiot en bonne santé a des déplacements sans boiterie ; il est vif, joueur et plus ou moins curieux. Si l'un d'eux reste prostré dans son coin, il est peut-être malade, seulement très fatigué ou encore craintif.
Les yeux,les oreilles,le nez
Les yeux, les oreilles et le nez du chiot ne doivent pas présenter de défauts. Les yeux sont propres et secs, sans croutes ni traces de larmes. L'intérieur des oreilles est propre et sans odeur. Le nez du chiot doit être humide mais ne doit pas couler. Si vous déplacez un objet ou simplement votre main, le chiot doit suivre le mouvement des yeux. Pour vérifier son audition, tapez dans vos mains ou claquez des doigts. Là encore, il doit réagir.
L'état de la peau et des poils
Le poil du chiot doit être brillant et dru. Vous ne devez pas voir de pellicules ou de boutons. La peau du ventre doit être dépourvue de rougeurs ou de plaies.
Critères de comportement
Dès qu'il atteint l'âge de cinq semaines, le chiot devient curieux et commence à explorer son environnement. Les critères de comportement peuvent donc être évalués. Regardez les chiots jouer ensemble : certains sont déjà meneurs alors que d'autres se soumettent facilement. Un "dominant" aura besoin d'un maître présent qui saura se faire respecter. Le chiot qui est plus solitaire fera un bon compagnon docile. Si vous immobilisez un chiot au sol sur le dos, il doit normalement se débattre légèrement puis céder rapidement. S'il cherche à mordre et continue d'essayer de fuir, le dressage futur risque d'être plus difficile et votre chien aura peut-être du mal à accepter les contraintes.
Le test de Campbell
Le test de Campbell peut vous aider à choisir votre chiot au sein de la portée. Il ne s'agit pas d'un test d'intelligence ou d'aptitude mais seulement de comportement. Il doit être pratiqué quand le chiot a entre 40 et 50 jours dans un lieu calme et isolé, inconnu du chiot. C'est à vous d'effectuer le test avec chaque chiot. Il vous donnera des indications sur l'attraction sociale, l'aptitude à suivre, la réponse à la contrainte, la dominance sociale et la dominance par élévation.

Choisir un chien : faut-il prendre un mâle ou une femelle ?

Vous êtes prêt à acheter votre nouveau compagnon ? L’heure fatidique est arrivée et vous hésitez peut-être entre un chien mâle et une femelle. Pour être sûr de faire le bon choix, celui qui correspond à vos attentes et à votre mode de vie, voici quelques éléments clés qui vous orienteront. Parce que chaque chien est différent de ses congénères, il n’est pas toujours facile de savoir vers quel sexe s’orienter au moment de choisir. En effet, les chiens mâles et les femelles ne s’adaptent pas de la même façon aux cadres et aux modes de vie. Avant de choisir, certains critères essentiels sont à connaître.
Le chien mâle : pourquoi le choisir ?
Un compagnon dynamique et joueur
Les chiens mâles ont la réputation d’être plus stables que les femelles dans leur dynamisme. Certains jeunes chiens semblent d’ailleurs ne jamais pouvoir s’arrêter. Vifs, joueurs et très attachés à leurs maîtres, les chiens mâles sont des compagnons très affectueux et même souvent maladroits. Contrairement aux femelles, ils ont plus tendance à l’action qu’à l’observation.
Attention aux fugues
Quand les hormones leur jouent des tours, les chiens mâles peuvent être fugueurs et, notamment, en période de chaleurs. S’ils ne sont pas stérilisés et si leur caractère les y prédispose, ils peuvent même se montrer dominants avec leur maître. Il convient donc d’assurer leur éducation dès le plus jeune âge.
Marquer son territoire
Attention, les chiens mâles ont tendance à uriner régulièrement non pas pour se soulager, mais pour marquer leur territoire. En effet, cette habitude leur permet de communiquer indirectement avec les autres chiens et de préserver leur place de dominant au sein de leur meute (vous).
Et si vous preniez une femelle ?
Un tempérament plus doux et calme
Bien souvent, les éleveurs ou refuges conseillent aux futurs adoptants de prendre une chienne s’ils cherchent un compagnon assez calme et doux. Moins boute-en-train que les mâles, les chiennes ont la réputation d’être plus passives et observatrices. Elles sont aussi souvent décrites comme étant plus capricieuses et indépendantes.
Un chien moins imposant
Comme c’est le cas pour la plupart des êtres vivants, les chiens mâles sont plus massifs et imposants que les femelles. Chez certaines espèces, la différence de taille est plus flagrante, mais les femelles font fréquemment plusieurs centimètres de moins que les mâles. Ainsi, même si l’écart est léger, cette différence morphologique peut avoir son importance au moment du choix.
Des complications hormonales
Si la femelle n’est pas stérilisée, elle rencontrera chaque année deux périodes de chaleurs qui se manifesteront par une perte de sang. Elle sera évidemment exposée au risque de gestation et à certaines maladies hormonales, utérines ou mammaires.

Evaluer le caractère de votre chien

Vifs, sportifs, affectueux, grincheux… les chiens sont comme les humains, ils ont leur caractère ! Avant de choisir votre futur compagnon, veillez à ce que sa personnalité soit compatible avec la vôtre. La qualité de votre relation dépendra de ce choix.
En fonction de leurs gènes, de leur vécu et de leurs premiers pas sur terre, les chiens développent peu à peu leur caractère et l’affirment. Certains sont têtus, mais affectueux, d’autres plus joueurs et jaloux. Pour choisir votre futur compagnon à quatre pattes, vous allez devoir prendre en compte sa personnalité.
Tel maître, tel chien : quel caractère choisir ?
Un compagnon qui s'adapte à votre mode de vie
Vous êtes plutôt actif et voyagez beaucoup ? Vous devrez tenir compte de ces paramètres pour choisir le caractère de votre chiot. Préférez vous orienter vers un animal intrépide et curieux, qui n’aura aucune difficulté à s'adapter à votre mode de vie. Inversement, si vous êtes casanier et très câlin, choisissez un chiot plus calme et affectueux.
Une personnalité qui évolue
Bien sûr, votre chiot deviendra vite un chien adulte, dont la personnalité s’affirmera avec le temps. Votre contexte de vie et votre façon de prendre soin de lui seront déterminants pour son caractère. De même, n’hésitez pas à tester le chiot de votre choix à l’extérieur de son milieu de vie habituel. Il pourrait se comporter différemment, se montrer plus craintif ou, inversement, plus agité.
Qu'est-ce que le phénomène de l'imprinting?
Le test de l’imprinting est idéal pour tester les réactions du chiot en votre présence. Il consiste à faire interagir un chiot avec un inconnu. Si, dès ses premiers jours, le chiot a été en contact avec différents êtres humains, il se laissera approcher et jouera immédiatement avec vous. Si le chiot vous renifle, reste à l’écart et hésitant, son imprinting n’est pas très bon. Attention, le test de l’imprinting est important, puisqu’il détermine le degré de sociabilisation de votre futur chien.
Comment repérer les chiens qui ont bon caractère ?
Au sein d'une meute
Si vous avez l’occasion de voir évoluer des chiots au sein de leur clan, vous remarquerez très vite que certains se montrent plus dominants et joueurs que d’autres. Cette observation pourra être déterminante dans votre choix. Certains chiens espiègles et infatigables pourront vous laisser penser qu’ils seront plus difficiles à canaliser que d’autres.
Son comportement avec l'homme
Comme chez les humains, les chiens ont des préférences et des affinités avec certains congénères, mais aussi avec les hommes. Un chien qui va facilement vers les gens est généralement équilibré et bien dans ses pattes. Il est confiant et se laissera facilement apprivoiser. Inversement, certains chiens craintifs ont beaucoup d’amour à donner, mais leur timidité les empêche de faire le premier pas.

Acheter un chien chez un éleveur : ce qu'il faut savoir

Vous avez décidé de choisir votre chien chez un éleveur ? Encore faut-il trouver le bon élevage canin et savoir poser les bonnes questions pour être sur de son choix.Ce n'est pas parce que vous décidez d'aller chercher votre nouveau chien chez un éleveur que vous avez forcément la qualité. Tous les élevages ne se valent pas. Prenez votre temps pour choisir le bon éleveur passionné par son métier.
Trouver un bon éleveur
Trouver un bon éleveur ne va pas forcément de soi. Fuyez les élevages en batterie où les chiennes ne sortent pas de leur cage. Normalement, la mère est forcément sur place, mais vous devriez avoir des photos ou des vidéos du père. Evaluez l'environnement dans lequel les chiens évoluent : ont-ils suffisamment d'espace ? L'hygiène est-elle parfaitement respectée ? Les chiens semblent-ils en bonne santé ? L'éleveur doit vous poser de nombreuses questions sur vos habitudes et vos attentes mais également vous donner des conseils. Le futur du chiot doit passer avant le contrat de vente et les passionnés se repèrent rapidement.
Les 10 questions à poser
Tout savoir sur les parents
Vous devez pouvoir obtenir le maximum d'informations sur les parents du chiot repéré. C'est très important si vous souhaitez inscrire votre chiot au Livre des origines .
Les résultats des parents
Si le chiot est destiné au travail ou doit participer à des expositions, vous devez connaître les résultats des deux parents. Des chiens médiocres produisent rarement un chiot exceptionnel.
Le chiot a t-il l'habitude d'être manipulé ?
Ce point est fondamental. Plus le chiot a l'habitude d'être manipulé avec bienveillance, plus il sera sociable et tolérant. L'idéal est que plusieurs personnes se soient occupées de lui.
Le chiot a t-il vécu en famille ?
Le chiot a-t-il partagé des moments avec la famille ? Connaît-il les bruits de la maison ? Son environnement est-il riche et stimulant 
Connaît-il les enfants ?
Est-ce que le chiot a eu des contacts réguliers et agréables avec des enfants ?
Les parents présentent-ils des fragilités ?
Certaines races sont plus sujettes à des fragilités comme la dysplasie de la hanche ou un problème oculaire. Si les parents sont atteints, le chiot risque de l'être également.
L'éleveur connaît-il bien le chiot ?
L'éleveur doit être en mesure de vous donner les bons conseils et de vous aider à choisir le chiot qui vous conviendra le mieux.
Le chiot connaît-il les escaliers ?
Cela peut paraître idiot, mais si vous habitez en appartement, le chiot aura besoin de s'habituer à monter les escaliers et ce n'est pas toujours simple.
Passion ou travail ?
L'éleveur est forcément un passionné ; il doit vendre ses chiots, mais leur bien-être passe avant tout.
Quel est le régime alimentaire du chiot ?
L'éleveur doit vous donner tous les renseignements utiles pour votre chiot, y compris le régime alimentaire auquel il est habitué.

Adopter un chien dans un refuge : ce qu'il faut savoir

Adopter un chien est une décision qui ne se fait pas sur un coup de tête. Les chiens qui sont arrivés dans le refuge n'ont pas tous été brutalisés et ne sont pas tous agressifs, au contraire. Mais ils ont besoin que cette seconde chance soit la bonne. La plupart des refuges sont de vrais lieux d'accueil pour les chiens. Tous ne fonctionnent pas de la même manière mais ce sont souvent des passionnés qui s'en occupent. Vous aurez à remplir un questionnaire très complet avant de pouvoir adopter votre chien mais vous devez également poser les bonnes questions.
Trouver un bon refuge
Pour trouver un bon refuge, le plus simple reste de visiter ceux qui ne sont pas trop loin de chez vous. Vous y verrez des chiens adultes ou parfois des chiots. Certains sont là depuis plusieurs années, d'autres depuis quelques semaines. Les chiens peuvent être en liberté dans de grands enclos et vivre ensemble en fonction de leurs affinités ou se trouver dans des boxes plus ou moins grands et plus ou moins agréables. Vous verrez rapidement si les chiens sont en bonne santé, bien nourris et "heureux".
Les 10 questions à poser (passé de l'animal notamment)
Pourquoi ce chien est-il là ?
En demandant pourquoi le chien est arrivé au refuge, vous connaîtrez une partie de son passé. Peut-être saurez-vous s'il a été battu, s'il fuguait régulièrement ou si ses maîtres l'ont abandonné pour partir en vacances...
A-t-il l'habitude des autres animaux ?
Lorsque les chiens vivent en communauté dans des parcs, ils ont forcément l'habitude des autres. Mais vous pourrez en apprendre davantage sur son caractère : est-il dominant ou soumis ? Aime-t-il jouer avec les autres ou est-il solitaire ? Court-il après les chats 
Est-il propre ?
Ce n'est pas parce qu'un chien est déjà un peu âgé, qu'il aura forcément appris à être propre. S'il est depuis longtemps dans un refuge, il aura peut-être oublié ce qu'est une maison ou un appartement.
Comment est-il avec les enfants?
Il est bon de savoir si le chien a eu des contacts réguliers avec des enfants depuis son arrivée au refuge.
Le chien sait-il mazrcher en laisse?
Selon le gabarit du chien, la question peut être importante.
Comment se comporte-t-il en voiture ?
Si vous vous promenez beaucoup, il va falloir en tenir compte.
A-t-il eut des soins vétérinaires ?
Selon l'état dans lequel il est arrivé au refuge, le chien peut avoir reçu des soins vétérinaires plus ou moins importants.
Son alimentation
Vous devrez savoir quelle alimentation lui est proposée et en quelle quantité. Peut-être a-t-il besoin d'un régime particulier.
A-t-il tendance à fuguer ?
Certains chiens se retrouvent au refuge parce qu'ils étaient tout le temps seuls. La fugue n'est pas une fatalité.
Faite confiance au personnel du refuge
Faites confiance aux personnes du refuge. Ces gens ne vous tromperont pas mais ils peuvent juste ne pas "tout" savoir. L'intérêt du refuge est de réaliser une adoption réussie, tant pour le chien que pour les propriétaires.

Acheter un chien dans une animalerie : attention !!!!!

Comment acheter un chien dans une animalerie... C'est une question qui vous vient à l'esprit, car, effectivement, vous y songez. Mais est-ce une bonne idée ? Ne tombez pas dans les pièges de ces magasins. Au moment des fêtes de fin d'année, les chiots arrivent en masse dans les animaleries, et les vendeurs n'ont aucun scrupule quant au bien-être de l'animal. D'où viennent ces chiots ? Sont-ils vraiment de pure race ? Leurs conditions de vie sont-elles respectueuses de leur équilibre ? Soyez conscient des limites de ces magasins. 

Voici les 10 questions indispensables à se poser.
Les vendeurs sont-ils consciencieux ?
Pour vendre leurs chiots, les vendeurs n'auront aucun scrupule à vous en mettre un d'office dans les bras, pour que vous craquiez, ou à vous vendre un chien de berger si vous habitez en appartement.
Peut-on avoir confiance quant au pedigree ?
Le pedigree de l'animal est peut-être erroné. Certaines animaleries n'hésitent pas à faire produire des faux.
D'où viennent ces chiens ?
La plupart de ces chiens viennent des pays de l'Est, où ils sont élevés en batterie, arrachés à leur mère bien avant leur sevrage, et transportés jusqu'en France dans des conditions déplorables.
Ces chiots seront-ils faciles ?
Alors justement, les chiots n'étant ni sevrés ni sociabilisés, risquent de se montrer peureux, peu sociables, parfois même agressifs et vous pourrez avoir énormément de mal à les éduquer.
Quelle marge font les animaleries ?
À titre d'exemple, un Beagle est généralement vendu 950 euros en animalerie, contre 450 euros chez un éleveur. C'est dire la marge que les animaleries se font sur la maltraitance animale.
Les chiens sont-ils en bonne santé ?
Les chiens étant peu soignés et entassés pendant leur transport, il arrive souvent que le client se retrouve avec un chien qui n'est pas en bonne santé. Au prix du chien s'ajoutent donc les fréquentes consultations chez le vétérinaire.
Dans quels cas peut-on se faire rembourser ?
Manifestement, vous avez acheté un chien malade. Dans ce cas, vous pouvez vous faire rembourser, en présentant un certificat du vétérinaire prouvant que la maladie était déjà présente quand vous avez acheté le chiot.
L'âge indiqué est-il le bon ?
Lorsque le chien vieillit, il a moins de chances d'être vendu. Les animaleries n'ont donc aucun scrupule à indiquer un âge qui n'est pas le sien.
Les "cages" sont-elles propres ?
Pour vous donner une idée du sérieux de l'animalerie, une astuce : regardez l'état des cages. De nombreuses animaleries se font épingler par la justice pour non-respect des mesures d'hygiène.
Que deviennent les chiens non vendus ?
Invendables parce que trop vieux, l'animalerie peut faire euthanasier les chiens non vendus.
Acheter en animalerie, oui, mais...
Renseignez-vous sur l'animalerie en question. Certaines sont sérieuses et s'approvisionnent chez des éleveurs locaux, mais il faut savoir les débusquer.

Adopter un chien donné ou errant : ce qu'il faut savoir

En Europe, une notable partie des chiens s'acquiert aujourd'hui à titre gratuit. Qu'ils s'agissent d'animaux cédés par des particuliers ou de chiens errants recueillis, leur acquisition donne lieu à diverses obligations légales assez peu respectées. L'adoption d'un chien, quel que soit le moyen d'acquisition, asservit le maître à des obligations telles que l'identification et parfois la vaccination de son animal. Le propriétaire doit aussi tenir compte de l'importance de l'engagement qu'il prend en adoptant dans un pays où trop d'animaux sont encore abandonnés chaque année.
Modalités légales d'adoption des chiens errants ou donnés
Le cas du chien errant
Adopter un chien errant suppose que vous vous soyez assuré antérieurement que son ancien propriétaire ne le réclamera plus. C'est une des raisons pour lesquelles la loi stipule que l'animal ne peut pas être adopté immédiatement. Le chien trouvé doit en principe être dirigé vers des structures d'accueil officielles telles que les refuges et les fourrières. Un délai de 8 jours ouvrables doit s'écouler avant que le candidat à l'adoption puisse faire sa demande. Ce laps de temps est mis à profit par les autorités municipales ou les organismes de protection d'animaux pour chercher le propriétaire initial. Dans les faits, le sureffectif des structures d'accueil est tel que la garde de l'animal est souvent confiée à celui qui l'a trouvé.
Le cas le plus simple du chien donné
Le chien donné par un particulier n'a pas fait l'objet d'une législation particulière. Cependant les exigences de santé publique impliquent que le chien donné, comme tous les animaux domestiques, soit identifié et éventuellement vacciné. Une puce électronique ou un tatouage suffit à se mettre en conformité avec la loi, le vaccin contre la rage n'étant obligatoire qu'exceptionnellement.
Attention au coup de cœur impulsif ou à l'achat "cadeau de Noël"
Par leur gratuité ou leur prix modeste, les chiens errants ou donnés constituent des cadeaux à bon marché. De plus, l'apparition miraculeuse d'une petite boule de poils dans votre vie fait sans doute très "esprit de Noël". Vous devez cependant veiller à ce que cet état de grâce ne s'étiole pas avec les fêtes de fin d'année. Des dizaines de milliers d'animaux sont abandonnés chaque année, beaucoup d'entre eux étant euthanasiés. Une adoption mûrement réfléchie garantira que votre compagnon tombé du ciel vivra une vie longue et heureuse chez vous, avant d'y mourir de sa belle mort.
Les autres solutions, par exemple les dons
Si vous ne pensez pas pouvoir fournir au chien un environnement propice à son bonheur et au vôtre, faites la quête d'un bon maître et cédez-lui la bête. Vous pouvez profiter du temps de recherche pour identifier et soigner l'animal, quitte à récupérer le coût de ces démarches lors de la cession du chien à son nouveau propriétaire.

Quel budget prévoir pour un chien ?

Le coût d'un chien ne se résume pas à son achat et à sa nourriture. De nombreux accessoires sont indispensables et les soins vétérinaires sont plus ou moins élevés.Le budget pour acheter et garder un chien est extrêmement variable. Le prix d'achat peut aller de moins de 100 euros à plusieurs milliers d'euros. La qualité et la quantité de nourriture font varier le prix, tout comme les accessoires et les frais vétérinaires. Etablir un budget n'est donc pas simple.
Le coût du chien
Le coût du chien lors de son achat est particulièrement variable. En fonction de sa race, de son inscription ou non au LOB, de sa généalogie, le prix peut passer de moins de 100 euros à plusieurs milliers d'euros. Un chien de race commune peut être acquis entre 200 et 700 euros. Si sa race est à la mode, le tarif peut monter jusqu'à 900 euros et certains chiens rares peuvent être vendus plus de 2000 euros.
Coût des accessoires
Les accessoires indispensables
Certains accessoires pour chiens indispensables sont plus ou moins chers. Votre chien aura besoin d'un endroit pour dormir : il faut compter au moins 30 euros. Pour ses promenades, une laisse et un collier peuvent être achetés pour 30 euros. Les gamelles coûtent environ 25 euros, mais rien ne vous empêche de recycler une grande assiette. Une brosse s'achète à partir de 10 euros.
Les accessoires supplémentaires
D'autres accessoires supplémentaires peuvent être utiles. C'est le cas du sac de transport dont le prix est très variable. Des biscuits et friandises, des os à mâcher, du shampoing, une muselière et des jouets sont plus ou moins chers et nécessaires.
Coût de l'alimentation
L'alimentation "maison "
Si vous choisissez une alimentation "maison" pour votre chien, le prix dépend de la qualité des matières premières. Il faut prévoir du riz, des pâtes, des légumes, de la viande... Au final cela prend beaucoup de temps et revient plus cher que les croquettes.
Alimentation industrielle
L'alimentation industrielle est composée de boîtes ou de croquettes. Là encore, les prix sont très variables en fonction de la qualité et de la quantité. Les premiers prix tournent autour d'un euro par jour, mais n'apportent pas tout le nécessaire à votre chien.
Les aliments diététiques
Les aliments diététiques sont des aliments santé. Il faut compter entre 20 et 40 euros pour un sac de deux kilos. Un sac de deux kilos permet de nourrir un chien de six à sept kilos pendant un mois. Cette alimentation peut être obligatoire pour la santé de votre animal s'il a des problèmes urinaires ou s'il est diabétique.
Coût des soins
Le prix des soins vétérinaires varie lui aussi. Une puce électronique coûte environ 70 euros ; le prix d'un passeport est de 13 à 17 euros. Comptez 120 euros pour les vaccins la première année, 200 euros pour une castration et jusqu'à 400 euros pour une stérilisation de chienne, selon le poids. Ajoutez à cela le vermifuge, les produits anti-parasitaires externes, le détartrage et tous les soins non prévisibles.

Une assurance pour mon chien

Souscrire une assurance pour son chien est une bonne idée. D’ailleurs, elle est obligatoire pour les chiens dits dangereux de 1re et 2e catégories : il s'agit dans ce cas de l'assurance en responsabilité civile. Mais, face aux nombreuses offres disponibles, comment choisir ? Le guide pour choisir une assurance pour son chien.
Heureux propriétaire d’un chien, vous souhaitez contracter une assurance pour le protéger et aussi vous protéger. Cependant, face aux différentes offres disponibles, vous vous posez quelques questions ? Entre la responsabilité civile et l’assurance maladie, laquelle choisir ? Ou faut-il prendre les deux ?
Assurance responsabilité civile
Pour rappel, l’article 1385 du code civil stipule que "le propriétaire d’un animal, ou celui qui s’en sert, pendant qu’il est à son usage, est responsable du dommage que l’animal a causé, soit que l’animal fût sous sa garde, soit qu’il fût égaré ou échappé". Cela veut dire qu’en tant que propriétaire d’un chien, votre responsabilité civile est engagée et vous devez donc réparer les dommages que votre animal de compagnie aura causés à un tiers. La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez vous protéger en souscrivant une assurance responsabilité civile qui couvre votre chien. De cette manière, c’est l’assureur qui indemnisera la victime à votre place. Mais attention, en cas de garde occasionnelle, cette responsabilité civile est transférée à la personne qui garde votre chien. Il est bon de savoir, qu’en principe, l’assurance multirisque habitation prévoit une garantie de responsabilité civile qui couvre les animaux de compagnie. Pensez donc à vérifier votre contrat et déclarer à votre assureur que vous avez un chien. Cette démarche vous évitera de contracter une assurance pour chien et payer deux fois pour le même service, sauf si votre chien fait partie des chiens dits dangereux de 1re ou 2e catégorie (chiens d’attaque et de défense). Pour ces derniers, vous avez l’obligation de contracter une assurance responsabilité civile spécifique, car ils ne sont pas couverts par la multirisque habitation. À noter que les chiens de chasse bénéficient, pour leur part, d’un régime particulier en matière d’assurance responsabilité civile.
Assurance médicale
Comme son nom l’indique, l’assurance médicale couvre le propriétaire des frais de santé se rapportant à son chien. Elle n’est pas obligatoire certes, mais très utile. Pour ce type d’assurance, chaque compagnie possède ses propres critères et contrats. Il est donc recommandé de faire une comparaison avant de choisir la formule dont vous avez besoin pour votre chien. Mais attention, tous les assureurs imposent un critère d’âge. Aucun assureur n’accepte de prendre en charge des chiens âgés de moins de deux mois et ceux de plus de dix ans à la date de la souscription. Cela dit, si votre chien a entre trois mois et huit ans, qu’il est en bonne santé et qu’il n’est pas utilisé dans un cadre professionnel, vous n’aurez aucun mal à lui contracter une assurance santé.
Les points à vérifier
Les compagnies d’assurances proposent plusieurs formules d’assurance pour chien. Avant d’accepter le contrat, il est fortement recommandé de vérifier si les garanties seront vraiment utiles ou superflues. En général, voici ce qui doit figurer dans un contrat d’assurance pour chien :
Maladie : tous les frais vétérinaires du chien
Accidents : tout événement ayant causé une blessure au chien concerné
Hospitalisation
Interventions chirurgicales
Franchise : la somme qui reste à la charge de l’assuré
Délai de carence : le temps entre la souscription du contrat et sa prise effective
Conditions de résiliation
Avant de signer un contrat d’assurance pour votre chien, prenez le temps de vérifier point par point les garanties de bases proposées. Ensuite, selon vos besoins et votre budget, vous pouvez contracter des garanties supplémentaires.

Papiers administratifs du chien

Tout comme vous, votre chien a de nombreux papiers administratifs. Certains sont obligatoires, d'autres facultatifs.
Les papiers de votre chien concernent sa santé, sa race, éventuellement son pedigree. Votre chien peut avoir besoin d'un passeport ou d'un certificat de naissance. Vous pouvez vous les procurer auprès de l'éleveur, de votre vétérinaire, du vendeur...
Le certificat de vente
Le certificat de vente est une facture délivrée par le vendeur du chien lors de la transaction. Elle doit préciser la date de la vente, l'identité du chien et son prix. Elle est nécessaire en cas de vice rédhibitoire pour faire annuler la vente. Ce certificat est obligatoire.
Le carnet de santé
Lors de la première visite vaccinale chez votre vétérinaire, il vous remettra le carnet de santé de votre chien. Il va permettre d'inscrire tous les vaccins effectués pendant sa vie, les rappels et les actes médicaux. Votre vétérinaire y marque la date de naissance de votre chien, son nom, sa race, son numéro d'identification ainsi que le nom et les coordonnées du propriétaire.
Le certificat de naissance
Le certificat de naissance ne vous concerne que si vous avez un chien de race. Il sera obligatoire pour inscrire votre chiot sur le Livre des origines Belge (LOB). Il mentionne le nom de votre chien, son numéro d'immatriculation, sa race, mais aussi ses particularités physiques et le nom de ses ascendants sur au moins quatre générations. La déclaration de naissance doit être faite par l'éleveur dans les deux semaines qui suivent la mise bas.
La déclaration de saillie
La déclaration de saillie est nécessaire pour les chiens de race susceptibles d'être inscrits au LOB. Elle doit être adressée à la Société centrale canine dans les huit semaines qui suivent l'accouplement.
Le Pédigree
Le pedigree ne concerne que les chiens de race inscrits au LOB. Il est délivré après un examen de confirmation lorsque votre chien a entre dix et seize mois. Il confirme que les standards de la race sont respectés, établit l'arbre généalogique, indique son nom, celui de son élevage.
Le passeport européen et le cetificat de bonne santé
Le passeport européen, sur lequel est apposée la vaccination antirabique, est obligatoire pour voyager librement avec votre chien. Pour se rendre dans certains pays, il faut également fournir un certificat de bonne santé.
Le numéro d'identification
Depuis 1999, votre chien doit obligatoirement avoir un numéro d'identification. L'identification est faite par tatouage ou par injection d'une puce électronique. Cette dernière technique remplace le tatouage pour les chiens identifiés après juillet 2011.
Où trouver ces papiers ?
Savoir où trouver ces papiers n'est pas toujours simple.
Chez le vétérinaire
Le vétérinaire vous donnera le certificat de bonne santé, le passeport européen ou le carnet de santé.
Le vendeur
Le vendeur vous transmet le certificat de vente, le certificat de naissance et éventuellement la carte d'identification provisoire.
La société centrale canine,le Kennel Club Belge,la St Hubert
Ces sociétés gèrent la demande de pedigree, la déclaration de saillie et la déclaration de portée.